Guilde sur Hécate


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Récits de Morty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les Récits de Morty   Jeu 11 Déc 2008, 06:53

je précise, que mes nouvelle et récits son déposer chez un éditeur, toute reproduction, est passible de peine toussa toussa ^^
je tiens aussi a remercier Alex qui ma corrigé, j'ai pas les manuscrit corrigé sur mon pc, j'avais que les premier jet tout plein de fautes ^^



j'ouvre la marche avec Etat d'âmes, une courte nouvelle basé sur le personnage de la Mot des œuvres de Terry Pratchett







la scène se passe dans un univers pas si différent des autres, dans la salle de bain d'un appartement semblable à des millions d'autres, mis à part le corps du jeune homme allongé au milieu d'une flaque de sang, c'est un joli appartement, bien meublé, bien situé mais on est pas là pour parler de cet appartement, on est là pour parler du corps inanimé qui en est le propriétaire _enfin, dans la mesure ou un mort peut encore être le propriétaire de quelque chose_ , plus particulièrement de la forme vaporeuse qui flotte 15 cm au dessus et du personnage indistinct qui se tient debout dans la baignoire avec un ustensile pour faucher le blé dans les mains.
- c'est donc ça la mort ? j'aurais vu ça ... disons avec plus de lumière et plus de tunnels !
le personnage indistinct eut un tressaillement, comme si il essayait d'hausser les épaules, mais il lui manquait quelque chose d'essentiel pour y arriver, quelque chose comme un amas de muscles, de tendons et d'épiderme
- CHACUN à LA MORT QU'IL CHOISIT D'AVOIR, VOUS N'AVEZ JAMAIS CRU EN RIEN, VOTRE MORT CONSISTE DONC A RIEN
- à ouai ? marrant ça, si j'avais su ...
- TOUT LE MONDE DIT CA.
- et vous, vous êtes donc la mort ? la grande faucheuse d'âmes ? celle qui accompagne les âmes en perdition sur l'autre rive ? dit l'ectoplasme en brandissant ces mains dans un geste théâtrale.
- PLUS OU MOINS.
- heuu, comment on peut être plus ou moins la mort ? soit on l'est, soit on est autre chose, ça doit pas être le genre de job qu'on peut prendre à mi temps
il y eu un bruit caverneux, comme celui qu'on entend aux abords d'une caverne genre tombeau, difficile de soupirer lorsque l'on est qu'un squelette
- JE SUIS UNE PERSONNIFICATION ANTHROPOMORPHIQUE
- ...
- CE QUE VOUS PENSIEZ VOIR A VOTRE MORT
-...
la Mort plongea ses phalanges dans un des nombreux replis de sa robe et en sortit un petit sablier, il l'observa quelques secondes et entreprît de s'assoir sur le rebord de la baignoire en collant sur son visage toute la gravité qu'un crane peut offrir
-TOUTE VOTRE VIE VOUS AVEZ FAÇONNÉ VOTRE MORT, VOUS PENSIEZ MOURIR PAR LA LAME D'UNE FAUX TENUE PAR UN SQUELETTE EN ROBE NOIRE, C'ÉTAIT LA FIN DE VOTRE VIE, JE SUIS UN SQUELETTE EN ROBE NOIRE QUI MANIE UNE FAUX, D'AUTRES QUESTIONS ?
-heu, oui, pourquoi vous avez une voix masculine ? je veux dire ... on dit "La grande Faucheuse" et vous avez une voix masculine, enfin, ça résonne comme dans un cercueil, ça sonne dur comme du marbre, mais masculine qu'en même
-C'EST UNE HISTOIRE DE GLANDES, VOUS VOYEZ, JE SUIS UN SQUELETTE, SANS GENRE ET SANS NOMBRE, VOUS LES HUMAINS VOUS AVEZ TOUTE UNE PANOPLIE D'ORGANES QUI VOUS FOURNISSENT EN PRODUIT ÉMOTIF CHIMIQUE, MOI JE N'AI QUE LA CONSCIENCE DE L'UNIVERS POUR ME DONNER UN APERÇU DE TOUTES VOS ÉMOTIONS, JE NE PEUX QUE LES IMAGINER, JE PARAIS ÊTRE UN HOMME A CAUSE DE ÇA : UN SQUELETTE, C'EST COMME ÇA
-wouah ... si vous le dites, m'enfin bon, même si tout le monde se trompe sur votre ... euh ... sexe, vous êtes qu'en même la Mort, mes avis qu'on doit en voir du pays et du monde quand on fait ce boulot là
-VOIR DU MONDE ? AHAH, TOUTES LES PERSONNES QUE JE RENCONTRE ONT UNE ESPÉRANCE DE VIE DE QUELQUES SECONDES, PERSONNE NE PREND LA PEINE DE ME PARLER, JE N'AI AUCUN AMI, SONT TOUS IMPATIENT D'ALLER DANS LEUR AU DELÀ, ET MOI, JE RESTE LA, TOUT SEUL, COMME D'HABITUDE, TOUJOURS MOI LE DERNIER A LA FÊTE, Y'A BIEN LES CAVALIERS DE L'APOCALYPSE MAIS C'EST PLUS DES COLLÈGUES DE BUREAU ET AVEC LA TOURNURE QUE PREND LE MONDE EN CE MOMENT ON SE VOIT DE MOINS EN MOINS, FAMINE A MÊME PAS PU VENIR AU REPAS DE NOËL. il leva des orbites vides sur l'ectoplasme, il aurait bien voulu lui jeter un regard triste, mais même avec toute la volonté de l'univers, il réussit à faire briller qu'une petite flamme genre gaz butane, ce qui même si il n'eut pas l'effet escompté, fut du plus grand effet dans l'obscurité de la salle de bain.
-sympathique vos yeux, euh ... ça me fait plaisir de vous parler ... enfin plaisir ... à part le côté mort toussa ... comment dire ... qu'est-ce que je fais moi maintenant ?
-TOUT LE MONDE ME DÉTESTE PARCE QUE JE SUIS LA MORT, MAIS JE SUIS PAS MAUVAIS, JE NE TUE PERSONNE, JE NE FAIS QUE TERMINER LEUR VIE, FAUT BIEN QUE QUELQU'UN TERMINE VOTRE VIE UNE FOIS QUE VOUS ÊTES MORT, VOYEZ PAS LE TRAVAIL SI TOUT LE MONDE RESTAIT VIVANT UNE FOIS MORT ! CE SERAIT PAS HYGIÉNIQUE, ET EN PLUS DE ÇA IL Y AURAIT PLUS DE PLACE AU BOUT D'UN MOMENT, LES MORTS MORTS C'EST PLUS OU MOINS PRATIQUE PUISQU'ON LES MET SOUS TERRE MAIS LES MORTS VIVANTS, EUX, MES AVIS QU'ILS SERAIENT PAS TROP D'ACCORD DE SE VOIR BOULOTER PAR DES ASTICOTS.
-oui mais moi je fait qu...
-VOUS VOUS, TOUJOURS VOUS, POUVEZ PAS AVOIR UN PEU DE COMPASSION ? le coupa la mort, en agitant des os de phalanges jaunis par le temps
-bah oui mais c'est qu'en même moi qui suis mort là ! c'est vous qui devriez avoir de la compassion !
-PEUX PAS J'AI DÉJÀ DIT, UN SQUELETTE, ÇA NE RESSENT RIEN, A PART DES COURANTS D'AIRE
-dites moi au moins ce que je dois faire ! ou l'endroit vers lequel je dois me diriger
-BON, VOYONS VOIR, PUISQUE MÔNSIEUR NE PENSE QU'A LUI, INUTILE DE CONTINUER A DISCUTER _il faut vraiment avoir un grain ou être sûr d'avoir une place au paradis pour mettre la Mort dans cet état là_ la Mort farfouilla quelques secondes dans les replis abyssales de sa robe noire et en sortit un petit livre relié cuire, il le feuilleta quelques secondes et regarda l'ectoplasme avec un sourire que seul un crâne peut rendre aussi morbide
-c'est quoi ce livre ?
-VOTRE BIOGRAPHIE
-comment ça ma biographie ? j'ai jamais écrit ma biographie moi, je m'en souviendrai quand même
-ELLE C'EST ÉCRITE TOUTE SEULE
-toute seule ? vous voulez dire que tout ce que j'ai fait dans ma vie est inscrit dans ce livre ? mais c'est de l'espionnage ! vous avez pas le droit, c'est injuste !
-IL N'Y A PAS DE JUSTICE, IL N'Y A QUE MOI, ET J'AI DROIT DE VIE OU DE MORT DANS CET UNIVERS
-c'est pas juste. grommela l'ectoplasme
-JUSTE QUE C'EST COMME ÇA UN POINT C'EST TOUT, BON, JE VOIS LA QUE VOUS ÉTIEZ UNE ESPÈCE DE SCIENTIFIQUES, VOUS AVEZ PAS ARRÊTÉ DE DIRE QU'APRÈS LA VIE, IL N'Y AVAIT QUE LE NÉANT, ET BIEN J'AI DONC L'HONNEUR DE VOUS ANNONCER QUE VOUS PASSEREZ LA PROCHAINE ÉTERNITÉ A ATTENDRE DANS LE NÉANT, JUSQU'À CE QUE L'UNIVERS S'EFFONDRE SUR LUI MÊME ET SE RÉGÉNÈRE, APRÈS ÇA, JE PROMETS RIEN
-heuu, attendez, vous voulez dire que j'vais rien faire pendant une éternité ?
-C'EST PLUS OU MOINS ÇA OUI
-mais vous rigolez ! alors sous prétexte que je pensais que ça allait être comme ça, ça se passe bel et bien comme ça ! mais c'est tout bonnement honteux ! donc vous allez me dire que tous les gens qui pensaient aller dans une espèce de paradis vont y aller alors qu'ils sont pas plus ou moins mauvais que moi !
-IL COMPREND VITE DITES MOI.
l'ectoplasme commençait à rougeoyer de rage, ce qui rendit du plus bel effet sur la carrure osseuse de la Mort, puis il prit l'équivalent méta-morphologique d'une grande inspiration censée lui octroyer courage et force, mais face à un crane impassiblement souriant qui est celui de la Mort, on se dégonfle très rapidement
-c'est pas juste. bougonna l'ectoplasme
-IL N'Y A PAS DE JUS...
-ouai ouai j'ai compris ! bon aller, plus vite j'y serai, plus vite ce sera terminé
la Mort pointa un doigt a faire pâlir la plus anorexique des tops modèles sur l'ectoplasme qui, contre toute attente, disparut dans un "fluche" digne d'un siphon métaphorique.
la Mort remit son capuchon et entreprit de passer distraitement à travers le mur de la salle de bain, prit le détour d'une ruelle sombre et flatta d'une caresse un chaton sur une poubelle qui le regardait l'air perplexe. La vie _ou la mort, suivent le point de vue_ de cette personnification anthropomorphique a l'air très remplis, ou très vide, dans tous les cas, je vais terminer mon récit ici, personne même pas un narrateur de bas étage aimerai s'apporter les disgrâces de la Mort elle même
-VOUS NE CROYEZ PAS SI BIEN DIRE. Au non de non, c'est pas possible, un narrateur ne peut pas mourir !
-ET BIEN EN FAIT, VU QUE C'EST LA FIN DE L'HISTOIRE, C'EST COMME QUI DIRAIT VOTRE MORT.J'aurais aimé faire parti de la suite, m'enfin bon, je pense qu'il n'y a pas d'appel possible
-EFFECTIVEMENT, IL N'Y A PAS D'APPEL POSSIBLE, IL N'Y A PAS DE JUSTICE, IL N'Y A QUE MOI ...PARTEZ MAINTENANT, VOUS AIMERIEZ TOUT DE MÊME PAS QUE JE VOUS FORCE A ARRÊTER DE LIRE.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Récits de Morty   Jeu 11 Déc 2008, 06:57

voila le second, il s'intitule Le couloir de la Mort





le long de ce couloir mortuaire je marche
pour la dernière fois je vais franchir cette porte, me libérant de ce fardeau
plus jamais je ferai le chemin inverse, c'est une voie avec une seule issue possible: la Mort
celle avec un grand M, celle qui expulsera ses souvenirs de mon esprit, celle qui réglera le problème
un M comme monstruosité, un M qui hante mon esprit, électrisant mes chaires, parasitant mes songes
un M qui mettra fin à cette vie.

la porte approche, miroitant la délivrance, chaque mètre que je franchis m'inspire l'échéance
mon impatience grandit, emplissant mes pensées, voilant la réalité
je sens les ténèbres monter en moi, aiguisant mes sens comme un couperet,
mon cœur s'emballe, une suée incontrôlée coule sur mon front, le froid taquine mon épine dorsale.
la porte est là, elle me domine, marquant d'un M le début de la fête ... Maintenant

c'est le moment de sortir vos outils mes amis :
à ma droite un gourdin clouté, pour les gros œuvres a porté
à ma gauche une simple arme de poing, pour le travail au loin.
je sens la haine monter en moi, propulsée par mon cœur, colorant le monde d'un rouge globuleux
je passe enfin cette porte, laissant sortir sur le monde l'orchestre bourdonnant de la Mort venu pour jouer une seule et unique représentation

un premier innocent vient à moi, un voile de terreur se lit sur son visage, il se doute qu'il est déjà condamné
ma droite mit fin à son interrogation: en brandissant mon instrument aussi haut que possible puis en s'abattant lourdement dans ses tissus spongieux,
faisant couler les premières lignes de notre musique sur cette partition qui est la vie
un cri perça mes tympans, ma gauche retentit instantanément, poussée par les ténèbres, le bruit d'un corps inanimé s'étalant au sol ponctua le retour du silence, dirigeons nous vers la sortie, histoire de faire profiter le monde de notre talent de chef d'orchestre.

la valse commence, poussé par une folie meurtrière je sors au grand jour, dévoilant mon visage blême au monde terrifié des passants,
"bang" fait la gauche, "bloume" fait la droite et un assortiment de cri se joint à nous
dansons tous ensemble, dansons sur ce tapis cramoisi que m'offre vos corps en charpies
dansons avant que la musique ne s'arrête, avant que le Maitre d'orchestre joue la dernière note, avant que la voisine arrive avec un balais pour réclamer le silence
je danse sans compter, notes après notes, pas après pas, je suis le seul à connaitre cette musique.

des lumières rouges et bleues apparaissent au loin, les voisines arrivent, dansant sur les murs au rythme de ma musique
la tension redescend, je ressens maintenant le vide, mais aussi un grand soulagement, le soulagement d'un travail accompli
libéré de ma haine, mon cœur n'a plus la force de battre, levant le voile sur des douleurs occultées
je me rend compte que mes yeux pleurent du sang, sans doute un cadeau de mon cœur, je comprend pourquoi je voyais tout en rouge

une voisine me dit quelque chose, malheureusement j'entends toujours le bourdonnement de ma symphonie
elle doit sans doute taper du ballet sur le plafond
dommage, cette musique apaisait mes mœurs.

la gauche prit l'initiative, elle est faite pour ça, elle voulut jouer la dernière note mais les voisines connaissaient la musique
pas très mélodieuse, trop courte et surtout irritante

fait froid d'un seul coup, et puis j'ai sommeil ... j'vais m'allonger et dormir quelques minutes
Revenir en haut Aller en bas
go-habs-go

avatar

Masculin
Nombre de messages : 165
Age : 27
Localisation : QUÉBEC !!!
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Nom IG: go-habs-go
Classe: Iop
Niveau:
160/200  (160/200)

MessageSujet: Re: Les Récits de Morty   Jeu 11 Déc 2008, 07:02

ouais tu as du talent :)

on en veut d'autre !

brillant et j'adore :)

Habs :clap:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Récits de Morty   Jeu 11 Déc 2008, 07:08

en fait je sais pas trop comment il est mort, j'crois qu'il a eu une hémorragie rectale et qu'il a diffuser de la vanille dans son oreille, du coup il est mort =)
Revenir en haut Aller en bas
YggOrDosGor
Demandeur de rangs et d'étoiles
Demandeur de rangs et d'étoiles
avatar

Masculin
Nombre de messages : 995
Age : 25
Localisation : 93 seine st denis STYLE
Date d'inscription : 05/10/2008

Feuille de personnage
Nom IG: --YggDraSil--
Classe: Féca
Niveau:
199/200  (199/200)

MessageSujet: Re: Les Récits de Morty   Jeu 11 Déc 2008, 20:09

Mdr pas mal ! Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kryser

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 25
Localisation : DTC
Date d'inscription : 30/09/2008

Feuille de personnage
Nom IG: o-KryserDarKnight-o
Classe: Iop
Niveau:
192/200  (192/200)

MessageSujet: Re: Les Récits de Morty   Jeu 11 Déc 2008, 20:18

Ui bravo a toi /50
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurydice
Mentalement attardée.
Mentalement attardée.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 935
Age : 26
Localisation : Avec Bibou :')
Date d'inscription : 15/07/2008

Feuille de personnage
Nom IG: Eurydice
Classe: Sacrieuse
Niveau:
178/200  (178/200)

MessageSujet: Re: Les Récits de Morty   Jeu 11 Déc 2008, 21:12

Tu vas arrèter de flood oui XD

(sinon oui pas mal)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.viedemerde.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Récits de Morty   Jeu 11 Déc 2008, 21:42

merci merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Récits de Morty   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Récits de Morty
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La crise de Morty
» Le bureau de votes des élections récits PCM (2015)
» Bizutage intelligent.
» Récit de Bataille Orks
» [Récit] Récits de Gobelins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde sur Hécate :: Partie invités et membres :: Taverne-
Sauter vers: